Une Psychanalyse

Après des "entretiens préliminaires", qui dureront le temps nécessaire pour que l'analysant (le sujet qui fait la demande) et l'analyste puissent déterminer si l’engagement dans «un travail» psychanalytique est possible, souhaitable et approprié. Si le désir d'un tel engagement est soutenu, le travail analytique pourra s'engager, voire se poursuivre.

Le changement n’est ici pas toujours tranché, parfois l’analyse commence sans que la question de faire ou non une psychanalyse soit décidée. Il est effet d’une rencontre. Rencontre avec celui avec lequel on est suffisamment à l'aise pour confier ses soucis, ses souffrances, ses insuffisances, dont l’écoute amène à questionner ses symptômes différemment, à se laisser surprendre par un dire, un lapsus un acte manqué ...

Cure par la parole, elle permettra avec l’association libre et l’appui du transfert, de faire l’investigation de l’inconscient de ses formations. L’analyse des rêves, des lapsus, des actes manqués, la remémoration et l’analyse des souvenirs infantiles permettent de dénouer progressivement les inhibitions, les symptômes et les angoisses pour  libèrer l'analysant de ses souffrances psychiques.


Entreprendre une analyse s’est vouloir se dégager de l’insupportable du symptôme, de la façon calamiteuse dont, jusque-là, on prenait soin de soi.