A qui s'adresse la psychologie ?

La rencontre avec un psychologue, une psychothérapie, une psychanalyse s'adresse à ceux dont les symptômes sont une souffrance, un tourment, quelle qu'en soit la forme : difficulté à vivre, à trouver sa place, malaise, inhibition, dépression, angoisse ...
Ces symptômes ont une signification qui généralement échappe au sujet, mais qui peut être déchiffrée à partir des dires, des associations libres, des manifestations de l'inconscient (les rêves, des lapsus…). C'est ce travail de déchiffrage, soutenu par les effets de l'écoute (Il n'est pas rare d'entendre un patient dire après un premier entretien qu'il se sent pour la première fois écouté de cette façon comme s'il percevait intuitivement la spécificité de l'écoute analytique), du transfert, qui doit permettre progressivement à l'analysant de changer. De délivrer le passé de sa répétition. De délivrer, non de l'existence du passé, mais de son lien avec le présent et de l'effet d'entrave qui résulte de ce lien. Ce pour permettre de vivre avec ce qui constitue pour chacun sa singularité en tant que sujet.


Mais, consulter un psy. (s'il a une formation psychanalytique) c'est avant tout trouver quelqu'un à qui parler, quelqu'un qui écoute. Quelqu'un, qui pour ce faire s'abstient de donner des conseils, d'influencer son patient et ne se pose pas en sachant. S'effaçant ainsi il laisse place aux dires du patient et à la possibilité de se laisser surprendre par son propre dire.
Cette écoute suppose, un inconscient à l'œuvre dans les affres de nos symptômes, elle ne vise pas à normativer ni à adapter le sujet aux normes sociales. Elle lui offre la possibilité de s'y retrouver dans ce qui fait son malheur et de choisir de vivre l'avenir autrement.